albe sistematiche

by PIERRE GAMBINI

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €11 EUR  or more

     

1.
2.
03:58
3.
4.
04:32
5.
05:00
6.
05:44
7.
04:07
8.
07:23
9.
05:08
10.
11.

credits

released May 15, 2011

Produit par Pierre Gambini and Fe Chanfrault,
Enregistré et Mixé par Sebastien Savine
Masterisé par Raphael Jonin


Sur tous les titres
voix, guitares, basses, drumbox : pierre gambini ...
synthés pour Lavinia, Un Omu Ordinariu, Altru Mondu et 7 illusioni


Sur tous les titres
Drumbox et synthés : François Eudes Chanfrault, guitares pour Altru Mondu et Cum'un Isula

Quatuor à cordes pour Cum'un Isula et Lavinia
Louis Rode - violoncelle
Wissem Benammar - alto
Pierre Baldassare - violon
Virginie Slobodjanivk - violon




Ecrit et composé par Pierre Gambini

(c) pierre gambini (p) kabaffer prod
avec le soutien de la Collectivité Territoriale de Corse

www.pierregambini.net

tags

license

all rights reserved

about

PIERRE GAMBINI Corse, France

contact / help

Contact PIERRE GAMBINI

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: un omu ordinariu
UN OMU ORDINARIU


Dì, senza riflette,
Senza pinsà,
Per via di ghjelosie.

Dì mi, sè eiu so vivu,
Vestutu cume l’altri,
Dà lu capu à li pedi.

Sottumessu à l’amicizia,
A l’amore, a nemicizia,
Sottumessu à l’evidenza,
D’esse incapace, d’esse megliu.

ùn possu fà altrimentu,
Erede cundamnatu,
L’angoscia in alimentu.

No, ùn parteraghju mai,
Seraghju sempre quellu,
Ch’ùn si vede, ch’ùn hà guai.


Sottumessu à l’intuleranza,
L’indiferrenza, l’ignuranza,
A u viziu di a viulenza,
Esiste senza cuscenza.

Un omu ordinariu,
Un omu à a moda,
Un picculu soffiu d’aria.


U celu, a Terra, i Mesi, u Tempu é l’Universu, so sottumessu.


Un omu ordinariu,
Senza nessunu sensu di vita.



(trad. français)

Dire, sans réfléchir,
Sans se soucier,
Simplement par jalousie

Dis-moi, si je suis vivant,
Vêtu comme les autres.


Soumis à l’Amitié,
A l’Amour, à l’Inimitié,
Soumis à l’évidence,
Être incapable de faire mieux.

Je ne peux pas faire autrement,
Héritier condamné,
L’angoisse en aliment.

Non, je ne partirais jamais,
Je serais toujours celui,
Que l’on ne voit pas, qui n’a pas de blessures.

Soumis à l’Intolérance,
L'Indifférence, l’Ignorance,
Au vice de la Violence,
Exister sans conscience.

Un homme ordinaire,
Un homme à la mode,
Un petit souffle d’air.


Le Ciel, la Terre, les Mois, le Temps
Et l’Univers, je suis soumis.


Un homme ordinaire,
Sans aucun sens de vie.
Track Name: 7 illusioni
7 ILLUSIONI


Dui punti soli
dui punti persi
dui lumi pronti à fughje.

Tre notte à riflette
tre notte di più
tremuleghji zitellini


Cinque anni di muri
cinque diti morti
cinque mille anni di lumi

Quatru siconde di tè,
quatru batticori
quatru celi, una neve.

una sola via
pè parechje vite
una villa infinita

Mi ramentu un ideale
Mi ramentu a to pella,

Mi ramentu un veranu,
Mi ramentu i to capelli.

E nanz'u à u sette
c'hè un sei ch'ùn esiste,
ch'ùn po esse cùn tè.

settisettanta l'amore
canta senza mè,
à l'orlu di u mio core.

Mi ramentu l'oceani
Mi ramentu i grandi fochi
Mi ramentu i venti forti

Ch'in la mio mente l'amore spentu.

Una manu sola,
fredda senza tè,
un silenziu infinitu.







(trad français)


Deux points esseulés,
Deux points déboussolés,
Deux lumières sur le point de fuir.

Trois nuits à penser,
Trois nuits de trop,
A trembler comme des enfants.


Cinq années de mur,
Cinq doigts morts,
Cinq mille années lumières.

Quatre seconde de toi,
Quatre battements de cœur,
Quatre cieux, une neige.

Une seule voie,
Pour plusieurs vies,
Une ville infinie.

Je me souviens d’un idéal,
Je me souviens de ta peau,

Je me souviens d’un printemps,
Je me souviens de tes cheveux,

Et avant ce sept,
Le six n’existe pas,
Pas, sans toi.

Sept, septante, l’Amour,
Chante sans moi,
Au seuil de mon cœur.

Je me souviens des Océans,
Je me souviens des grands feux,
Je me souviens des vents forts,

Car dans mon âme, les amours mortes.

Une main esseulée,
Froide sans toi,
Un silence infini.
Track Name: albe sistematiche
ALBE SISTEMATICHE


dice a luna
piena é tonda
i nulli in fronte,

dice sta luna,
mi ritirgu,
lumaguta é stanca,

dice a luna,
sfassu u biancu
di e rase campagne,

dice sta luna,
s'eu sò rossa,
hé chi ghj'hè a fine.

animale, albe a mane,
animale a mane.

dice a luna,
carizzendu
i sogni umani,

dice sta luna,
lasciu piazza
à un sole ardente.

tutte e mane in un novu soffiu,
ci si spera un avene novu,
avene umanu.

dil'andu, dil'andu,
ci serà una alba,
dil'andu, dil'andu,
una nova alba ma

albe sistematiche,
site i fochi di l'illusioni.



(trad français)


la lune dit,
pleine et grasse,
les nuages au front,

cette lune dit,
je me retire,
lentement car je suis fatiguée.

la lune dit,
j'efface le blanc,
des rases campagnes.

cette lune dit,
si je suis rouge,
c'est que la fin est proche.

animaux à l'aube, animaux...

la lune dit,
caressant
les rêves humains.

cette lune dit,
je laisse place,
au soleil ardent.

tous les matins dans un nouveau souffle,
nous espèron un nouvel avenir, un avenir plus humain.


de l'autre côté je suis sûr d'une nouvelle aurore,


aubes systématiques, vous êtes les feux de l'illusion.
Track Name: a lea
A LEA

M’anu pigliatu per un cane
M’anu offesu in la mo carne
Stafilatu di e peghje viulenze
Po lacatu in l’indiferrenza

Eiu chi cercava una lea
Truvendu piazza cù li mei
Una leva, un cummunu
Per u megliu di ognunu.

M’anu fattu pene é suffrenze
Quandu aghju dettu indipendenza
Mi so arrizatu aghju mughjatu
U corpu stancu tuttu mucatu.

Per u megliu di u Fiamma
Aghju salvatu Alma
Per sta Storia chi ci addunisce
E contr’a lotta ch’ùn finisce.


A lea , cercu una nova lea
Per una nova Leva


Eiu chi vulià esse degnu
Di pudé campà in lu nostru regnu
M’anu pientu in faccia fendu necciu
D’ùn capisce per pudè fà peghjiu.

Mi so arrizatu una mane
A cuscenza linda é chjara
E ferite nantu u mo corpu
Si so aperte, ma ùn era cottu


A lea , cercu una nova lea
Per una nova Leva


E nant’u à i chjassi di l’avvene
Eranu millaii à esse cume me (ne)
E in lu caldu umanu
Emu stritatu alzendu e mani:

Indipendenza ùn si dumanda,
L’indinpendenza si Piglià,
Per u Spiritu é no nazione,
Emu cantatu Evoluzione.


(trad français)


Ils m’ont pris pour chien
Offensé dans ma chair
Fouetté des pires violences
Puis laissé dans l’indifférence

Moi qui cherchais un lien
Trouvant une place parmi les miens
Une génération pour le commun
Pour le meilleur de chacun

Ils m’ont fait Douleur et Souffrance
Quand j’ai dit Indépendance
Je me suis levé et j’ai crié
Le corps fatigué et meurtri

Pour le meilleur de la flamme
J’ai décidé de sauver Ame
Pour cette histoire qui nous uni
Contre cette lutte qui n’en finit plus.


Je cherche un lien, un nouveau lien.



Moi qui voulais être digne
De vivre dans notre règne
Ils m’ont pleuré à la face, faisant semblant
de ne pas comprendre pour pouvoir faire pire.

Je me suis levé un matin
La conscience claire et nette,
Les blessures sur mon corps
Se sont ouvertes, mais je n’en suis pas mort.


Je cherche un lien, un nouveau lien.



Et sur les chemins de l’avenir
Ils étaient des milliers comme moi.
Et dans la chaleur humaine
Nous avons crié, levant les mains :

L’indépendance ne se demande pas, l’indépendance se prend
Pour L’Esprit et non Nation, nous avons chanté Evolution.
Track Name: altru mondu
ALTRU MONDU



Aghju fattu u mo viaghu,
Più vicinu di mè stessu,
Più luntanu di cio ch’aghju.


E tuttu paria chjaru,
Ancu u tempu ch’aghju messu,
Per pudè tuccà u raru.


O ma di punta à lu biotu,
Ci vogliu stà una stonda,
Po lampà mi, calmu pianu,
E sente una campanella,
Ch’elli sunghinu li preti,
Ch’elli sunghinu mani sera.



Aghju vistu in stu latu,
E mo colpe in sangue,
Un c’era bè, male o bellu.

Chjosu in li u mo cerbellu,
Ste parulle, eiu e ti mandu,
Chi a luce sia rigalu.


O ma di punta à lu biotu,
Ci vogliu stà una stonda,
Po lampà mi, calmu pianu,
E sente una campanella,
Ch’elli sunghinu li preti,
Ch’elli sunghinu mani sera.


Ch’aghju vistu l’altru mondu,
Ne so rivenutu chetu,
Un c’hè megliu d’altronde.


(trad français)


J’ai fait mon voyage,
Au plus profond de moi,
Au plus loin de ce que je possède.


Tout me semblait limpide,
Même le temps que j’ai mis,
Avant d’atteindre le rare.


Mais au bord du vide,
Je veux rester un moment,
Puis me laisse aller, calmement, doucement
Et entendre le carillon,Que les prêtres sonnent !
Qu’ils sonnent matin et soir.




De ce côté, j’ai vu,
Mes fautes ensanglantées,
Il n’y avait ni Bien, ni Mal, ni aucune beauté.

De mon cerveau enfermé,
Je t’envoie ces mots,
Que la lumière soit un cadeau.


Mais au bord du vide,
Je veux rester un moment,
Puis me laisse aller, calmement, doucement
Et entendre le carillon,Que les prêtres sonnent !
Qu’ils sonnent matin et soir.


J’ai vu l’autre côté,
J’en suis revenu tranquille,
Il n’y a pas meilleur endroit.
Track Name: chirgu
CHIRGU
(traditionnel)


‘Du’ sé stast’ ari sera,
Chirgu le me chirgu,
‘Du’ sè stat’ari sera,
Chirgu lu me chirgu,
Gran’ cavalieru d’onore.

So stat’ind’è ‘namurata,
Signore, la me maman,
So stat’ind’è ‘namurata,
Signore, la me maman,
Mio core chi si ne va.

Chi t’ha datu per cena,
Chirgu le me chirgu,
Chi t’ha datu per cena,
Chirgu le me chirgu,
Gran’ cavalieru d’onore.

Un anguila di terra,
Signore, la me maman,
Un anguila di terra,
Signore, la me maman,
Mio core chi si ne va.

E chi pezzu t’hè tuccatu,
Chirgu le me chirgu,
E chi pezzu t’hè tuccatu,
Chirgu le me chirgu,
Gran’ cavalieru d’onore.

Lu capu ‘cù la coda,
Signore, la me maman,
Lu capu ‘cù la coda,
Signore, la me maman,
Mio core chi si ne va.


(trad français)


Ou étais-tu hier soir,
Chirgu, O mon Chirgu,
Grand chevalier d’honneur.


J’étais chez mon amour,
Seigneur, ma chère mère,
Je sens mon cœur qui part…


Que t’a-t-elle donné à manger,
Chirgu, O mon Chirgu,
Grand chevalier d’honneur.



Une anguille de terre,
Seigneur, ma chère mère,
Je sens mon cœur qui s’en va…


Quel morceau as-tu eu,
Chirgu, O mon Chirgu
Grand chevalier d’honneur.


La tête avec la queue,
Seigneur, ma chère mère,
Je sens, mon cœur s’en va…
Track Name: cum'un isula
CUM'UN'ISULA

Cresce l’erba sottu à li ponti,
Si sente nasce ancu u legnu,
U silenziu s’impone tal’i monti.

Brusgià a petra à u sole,
Si sente l’acqua chi si ferma,
L’aria caldu impone e so fole.

Nant’à u so lettu,
Aspetta u biotu, sola,
L’alma sorda,
Stracquatta nuda,
Fideghja tra e scheze di u sulaghju.


Colà u mare sin’à in villa,
I muri scuri in petra,
S’addurmentanu annant’à a so mimoria,

Batte u freddu à e finestre,
U ventu azzizzà l’Incertezze,
E vie crosce cuntenenu e timpeste,

Sunnieghja d’una vita megliu,
Induve nuda, passa,
L’alma à spassu,
Sott’à l’ochji di l’Omi, inviosi,
Entre in mare.

Girà, ride,
Piglià u Lume cum’un Diu,
Dice chi u Mondu,
Hè rimigna,
E lu so sguardu, assassinu.

Gira, Luce,
Un c’hè più piazza per i debuli,
Per l’emuzioni, i sintimi,
Guarda lu celu é ùn c’hè nimu.

Pianu, pianu, unu dopu l’altru,
Si coge l’ochji per ùn più vede u Mondu,
Soffre d’esse Sensibule.

A Natura, donna di vita,
Invaisce u so corpu,
E l’ochji di l’Omu ha fattu u so destinu.

A mezzu u mare,
Gira un sole raru,
L’alma viva,
E gira, luce, senz’a disonore, cum’un’Isula.


(trad français)


L’herbe pousse sous les ponts,
On entend naître même le bois,
Le silence s’impose comme les Monts,

La pierre brûle au soleil,
On entend l’eau s’arrêter,
L’air chaud impose ses facéties.

Sur son lit,
Elle attend le vide, seule,
L’âme sourde,
Allongée, nue,
Elle regarde entre les fissures du plafond.

La mer monte jusque dans la ville,
Les murs obscurs de pierre,
S’endorment sur leur Mémoire.

Le froid bât sur les fenêtres,
Le vent agace l’Incertitude,
Les rues trempées contiennent les tempêtes.

Elle rêve d’une vie meilleure,
Où nue, elle passe,
L’âme légère,
Sous les yeux des Hommes envieux,
Elle rentre en mer.

Elle tourne, elle rie,
Elle prend la lumière comme un Dieu,
Elle dit que le Monde,
Est une vermine,
Et son regard, est assassin.

Elle tourne, elle brille,
Il n’y plus de place pour les gens fragiles,
Pour les émotions, les sentiments,
Elle regarde le ciel et il n’y a personne.

Tout doucement, un après l’autre,
Elle se coud les yeux pour ne plus voir le Monde, elle souffre d’être sensible.

La Nature, cette putain,
Envahit son corps,
Et le regard de l’Homme a décidé de son destin.

Au milieu de la Mer,
Tourne un soleil rare,
L’âme vive,
Et elle tourne, elle brille sans aucune pudeur, comme une île.
Track Name: l'amanti
L’AMANTI



Ch’ella sia detta chjara
Un n’importa cio che si dice
E nostre stonde so cusi rari
In furesta quand’è tu fugjhi

Tu si cume un sognu liberu
U m’amante è lu mo core
Cume lu più grande tesoru
Chi noi chjamemu Amore.

In le mo sognu c’era un danu
u lione l’anu pigliatu
Po in tuttu lu rughjone
u mo nome era castigatu.

Ghjè a zerga chi mi rode,
Sopra à e legge, e muralità
Sopr’a vita sopra u dolu
Cum’u schiavu chi si dà.


In lu mo sognu matinale
C’era un danu c’era u male
Ch’ella sia detta chjara,

Finchi la mo vita dura
Ch’eu morgu o ch’elli mi saranu
Un ci sera mai più paura

So partutu dà bon ora
Cu curagiu é cun furore
Tu durmia in lu to lettu d’oru
Impregnata di lu m’amore

Un c’hè legge ne murale
Per calmà lu nostr’ardore
E nemancu stessu a morte
Pudera spenghje lu nostru amore.




(trad français)



Que les choses soient claires,
Peu m’importe ce qu’il se dit,
Nos moments en forêt sont si rares, Lorsque tu me rejoins.

Tu es comme un rêve libre,
Ma maîtresse, mon cœur.
Comme le plus grand des trésors,
Que nous nommons Amour.

Dans mon rêve, Il y avait une malédiction, le lion, ils l’ont attrapé.
Puis dans tout le canton,
Mon nom était châtié.

C’est la Haine qui me ronge,
Au dessus des lois, de la moralité,
Au dessus de la vie, du deuil,
Comme l’esclave qui se donne.


Dans mon rêve matinal,
Il y avait une malédiction,il y avait le mal
Que les choses soient claires,

Tant que ma vie dure,
Que je meure ou qu’ils m’enferment,
Je n’aurais plus jamais peur.

Je suis parti de bonne heure,
Avec courage et fureur,
Tu dormais dans ton lit d’or,
Imprégnée de mon amour.

Il n’y a ni loi, ni morale,
Pour calmer notre Ardeur.
Et la mort elle-même,
Ne pourra éteindre notre Amour.
Track Name: lavinia
LAVINIA





A mo barca sbattulava,
Mi purtava ogni volta,
In li lochi i più persi,
Lagui immensi é prufondi,
Duve battia lu freddu.

Curagiosu o incuscente,
Seguitava e pozzine,
Sculliscendu nant’à i scogli,
Crosciu intintu di turmentu.

A mo luce, u mo sole,
A mo petra lampendu a vitrina,
Di l’amore é a so idea,
Chi u cummunu ci ha vindutu.

Ripigliava lu fiume,
Saltendu cum’un cervu,
L’acqua sin’à lu mo pettu,
Senza inchità mi di a morte,
Chi mi faccia la spia.

Tandu m’abbandunava,
Scurdendu si d’esse degnu,
Animale più ch’umanu,
Minatu à sangue dà la mo vergogna.

A mo stella, a mo luna,
A mo piola tagliendu e radiche,
Di l’amore é a so idea,
Chi u cummunu ci hà vindutu.

In lu stagnu di u dubbiu,
A tempu ch’eu mi nigai,
Truvai una perla bionda,
E mi di ti tengu caru,
Tale à un Diu Rumanu.

A mo pella, u mo sangue,
A mo nave chi mi porta luntanu,
Duve l’amore é a so natura,
U cummunu si n’hè scurdatu.

U mo ventu talentuosu,
Chi mi punta sempre pé u megliu,
Duve l’amore é a so natura,
U cummunu si n’hè scurdatu.



(trad français)



Ma barque brimbalait,
Me portait chaque fois,
Dans des lieux plus reculés,
Lacs immenses et profonds,
Ou le froid gouvernait.

Courageux ou inconscient,
Je suivais les détroits,
Trébuchants sur les roches,
Trempé de tourments.


Ma Lumière, mon soleil,
Ma pierre éclatant la vitrine,
De l’Amour et de son idée,
Que le commun nous a vendu.

Je reprenais la rivière,
Sautant comme un cerf,
Baignant jusqu’au cou,
Sans m’inquiéter de la mort,
Qui pourtant, faisait le guet.

Alors, je m’abandonnais,
Oubliant d’être digne,
Animal plus qu’humain,
Frapper aux sangs par mon impudeur.

Mon étoile, ma lune,
Ma hache coupant les racines,
De l’amour et de son idée,
Que le commun nous a vendu.

Dans l’étang du doute,
Au moment où je me noyais,
Je trouvais une perle blonde,
Et elle me dit : Je t’aime,
Comme à un dieu romain.

Ma peau, mon sang,
Mon navire qui me porte plus loin,
Ou l’amour est son origine
Que le commun a oublié.

Mon vent talentueux,
Qui me pousse vers le mieux,
Ou l’amour est son origine
Que le commun a oublié.